';
X

recherche

de jonckheere old masters

François Clouet

(École de) Tours Vers 1516 - Paris 1572

François Clouet reçut sa formation dans l’atelier de son père, le peintre et dessinateur Jean Clouet (vers 1485-1540) qui avait quitté Bruxelles pour devenir, d’abord à Tours vers 1516, puis à Paris en 1529, valet de chambre du roi de France. Très en vogue à la cour des Valois, Jean Clouet fut à l’origine du portrait autonome, peint ou dessiné, alliant la minutie du détail et la préciosité de la facture, typiquement flamandes, à la traduction précise du réel et au raffinement de la ligne, conformes au goût français. Il développa le genre dans un style qui a su s’affirmer comme l’expression la plus significative de la Renaissance française ou de ce maniérisme naissant.

François Clouet qui lui succéda en 1540 fut le peintre de quatre rois, François Ier, Henri II, François II et Charles IX. Il fit probablement le voyage en Italie vers 1549-1550 où il aurait pu contempler les portraits de Bronzino. Comme son père dont il poursuivit la manière, il exécuta de nombreux portraits dessinés aux trois crayons ou peints qui firent de lui, le peintre le plus apprécié de la cour. Ses portraits, révèlant un grand respect des modèles, exaltent le souci de véracité et de réalisme tout en insistant sur la définition précise des contours et des portraits en buste à l’aspect hiératique, caractérisés par la minutie des costumes et la sévérité des visages, François Clouet fut également le créateur du type nouveau du portrait en pieds. Les Clouet eurent de nombreux collaborateurs, élèves ou suiveurs dont les noms se révèlent peu à peu grâce à l’étude des archives et des collections de dessins de la famille royale et de son entourage, tels J. de Court, Dumontier, Caron, Deval, ou Quesnel, sans compter plusieurs anonymes désignés le plus souvent sous des patronymes de fortune. La tradition mise en place par les Clouet qui ont, avec leurs émules, “portraituré” tous les personnages importants de leur époque, se poursuivra jusqu’au milieu du XVIIe siècle avant que ne s’impose le portrait décoratif, apprécié par la cour de Louis XIV.