';
X

recherche

de jonckheere old master

Georg Pencz

Ca. 1500 – 1550

Peintre et graveur allemand, Georg Pencz est mentionné comme « Bourgeois de Nuremberg » en 1523, mais il est peu probable que ce dernier y soit né. Nous savons que dès le début des années 1520, Pencz entre dans l’atelier d’Albrecht Dürer. Il est par ailleurs considéré comme un de ses meilleurs élèves. Tout comme son maître, il semble s’être rendu en Italie une ou deux fois. Il a probablement eu l’occasion d’admirer les œuvres de Mantegna et de Jules Romain à Mantoue, et de se rendre dans la ville éternelle.

En 1525, son refus de croire au Christ, au baptême et à la transsubstantiation, cause son bannissement de la ville de Nuremberg. Il est cependant rappelé à la fin de cette même année. En 1532, il obtient le titre de « peintre de Nuremberg ». Ses gravures sont reconnues et appréciées, et tout comme les frères Beham, Pencz est considéré comme faisant partie des « petits maîtres », à cause du format de ses œuvres gravées. En 1550, le Duc Albert de Prusse fait de Pencz son peintre de cour, mais ce dernier décède à Leipzig avant d’arriver chez le Duc. Sa production picturale est considérable, contrairement aux frères Beham, à qui il a été très souvent comparé à cause des sujets de ses œuvres gravées et par rapport à ses croyances qui l’ont conduit à être expulsé de Nuremberg. Ses portraits sont appréciés et dénotent très clairement d’une influence italienne. En effet, l’art italien a eu un impact notable sur cet artiste allemand. L’influence maniériste se fait ressentir lorsque l’on observe les nombreux portraits qu’il a peints. Les portraits de Pencz sont assimilables à l’art de Bronzino par leur ampleur et par le goût de la lumière froide. Cependant l’acuité du regard des personnages et l’émanation d’une certaine violence, font de lui un peintre germanique qui a su dialoguer aussi bien avec Dürer qu’avec l’art italien.