';
X

recherche

de jonckheere old masters

Jan Verbeeck

Vers 1520 – Malines – 1569/1579

Signés d’un « i.verbeec », quelques dessins sont aujourd’hui considérés comme de la main de Jan Verbeeck, peintre émérite de la ville de Malines. Ce peintre pourrait être le frère de Frans Verbeeck, artiste enregistré à la Guilde des peintres de cette même ville en 1531 et connu, selon Karel van Mander (1604), comme un artiste exécutant des tableaux à la manière de Hieronymus Bosch. Paul Vandenbroeck (1981) a déterminé plusieurs tableaux, comprenant des mariages de paysans, comme appartenant à ce corpus de peintures issues de la famille Verbeeck.

Les dessins publiés par Giorgio Faggin en 1969 sont ainsi complétés par ce catalogue provisoire qui inclut seize peintures données au “groupe Verbeeck”. Jan et Frans, s’ils restent difficiles à distinguer car il est fait mention dans les sources de plusieurs artistes du même nom, sont visiblement à la tête d’ateliers dynamiques et les sujets qu’ils abordent donnent la mesure d’un travail hautement singulier. Enfin, le catalogue d’exposition de Malines, De Zotte Schilders (2003), propose une distinction entre deux générations de Verbeeck, et rassemble alors 33 tableaux, suiveurs et collaborateurs compris. Une différence de facture pourrait avancer la question de la distinction : le travail de Jan apparaît plus mat, tandis que Frans peint avec une matière plus fluide. Malines était un centre réputé pour la détrempe sur toile, technique relevé sur plusieurs des œuvres du corpus : alternative aux onéreuses tapisseries, cette pratique jouissait de nombreuses demandes. Près de 150 ateliers s’étaient établis à Malines, dont sortaient notamment Hans Bol et Marten van Valckenborgh. Cette technique hélas plus volatile, laisse certaines œuvres du « groupe Verbeeck » dans de fragiles états de conservation. Les œuvres peintes à l’huile et faisant ainsi figure de prototype, présentent, elles, une très belle qualité. Entre scènes de tavernes, Tentations de Saint Antoine et mariages paysans, les compositions moquent les sens et les vices des personnages à travers des figures grotesques et satiriques. La famille Verbeeck assure une forme évidente et essentielle de transition entre l’art de Bosch et celui de Pieter Bruegel l’Ancien.