';
X

recherche

de jonckheere old masters

Maarten van Heemskerck

Heemskerck 1498 – Haarlem 1574

Fils de cultivateur, Maarten van Heemskerck fuit la ferme familiale pour se consacrer à son art. Sa fuite l’entraîne tout d’abord à Delft, puis bien vite à Utrecht, où travaillait Jan van Scorel. Il étudie l’antiquité grâce à son nouveau maître. La légende rapporte que les progrès du jeune élève furent tels que van Scorel, jaloux, le mit à la porte de son atelier. Il est certain que les premiers ouvrages de van Heemskerck ressemblent à s’y méprendre aux œuvres de son maître.

Mis à la porte ou non, Maarten van Heemskerck se rend à Rome en mai 1532. La découverte de la renaissance italienne allait en faire le plus grand ambassadeur du maniérisme italien dans les provinces du Nord de l’Europe. Logé trois ans chez le cardinal Willem van Enckenvoirt, l’homme de confiance du Pape hollandais Adrien VI, le peintre ne cessa d’esquisser, de dessiner et de peindre les monuments en ruine, les sculptures antiques et les paysages romains. Fortement influencés par Michel-Ange et Raphaël, van Heemskerck acquit, dès son retour, une place marquante parmi les peintres flamands et hollandais de cette époque : bâtiments publics et églises furent décorés de ses fresques. Doyen de la gilde des peintres à Utrecht dès 1540, Maarten van Heemskerck est reconnu pour ses grands tableaux historiques ainsi que pour ses compositions de vitraux. La guerre civile et les guerres de religions qui déchirèrent les Pays-Bas détruisirent bon nombre de ses créations. Celles qui subsistent (dans les musées d’Amsterdam, de Berlin ou d’Utrecht) sont de remarquables témoignages de l’influence italienne dans la peinture des Pays-Bas de la première moitié du XVIème siècle.