';
X

recherche

de jonckheere old masters

Rogier van der Weyden

(Suiveur de) Tournai 1399 - Bruxelles 1464

Rogier van der Weyden ou Rogier de la Pasture est le peintre le plus important avec Jan van Eyck parmi les primitifs flamands. Né à Tournai en 1399, on le trouve inscrit comme apprenti dans cette ville en 1427 chez Robert Campin. Il est reçu Maître cinq ans plus tard. En 1435, il est nommé peintre officiel de la ville de Bruxelles, où il s’est installé. Vers 1450, il fait un voyage en Italie, qui, loin de l’influencer, le confirme dans sa manière de peindre.

L’hypothèse longtemps soutenue, selon laquelle Rogier van der Weyden et le Maître de Flémalle seraient un seul et même peintre, semble aujourd’hui difficilement défendable tant leur style est différent. Si ses premières œuvres, raffinées et précieuses, attestent de l’influence de van Eyck, l’intention en est très éloignée. Il préfère, en effet, considérer l’homme pour lui-même plutôt que d’évoquer ses rapports avec l’univers. Grâce à sa recherche synthétique des formes et des couleurs qui aboutissent à une grande simplification et une concentration recherchée, ses tableaux sont empreints d’une intensité d’émotion rarement atteinte dans la peinture. Rogier van der Weyden a réalisé un grand nombre de Vierges à mi-corps allaitant l’Enfant, souvent représentées sous forme de diptyques avec la figure du donateur, dérivant, pour la plupart du grand tableau de Saint Luc peignant la Vierge. Ses madones, peintes après 1450, qui tournent alors leur visage et leur regard vers le donateur qui ont eu jusqu’au début du XVIe siècle, du mal à contourner la conception ou le langage plastique de van der Weyden pour faire évoluer l’art de leur époque. Son influence fut considérable, s’étendant depuis Bruxelles sur l’ensemble des Pays-Bas méridionaux à travers les reprises thématiques de Colin de Coter, Petrus Christus, Thierry Bouts, Hans Memling, puis septentrionaux.