';
fr
X

recherche

de jonckheere modern

Enrico Castellani

biographie

ENRICO CASTELLANI
(4 août 1930 Castelmassa)

Enrico Castellani est né dans la province de Rovigo. Il suit des études d'art, de sculpture et d’architecture à l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts en Belgique où il obtient son diplôme en 1956. L’année suivante, il rentre en Italie et s’installe à Milan où il devient un membre influent de la nouvelle scène artistique italienne des années 60.

En 1959 à Milan il fonde, avec l’artiste Piero Manzoni, la revue et la galerie d’art Azimuth. Elle capte l’atmosphère rationaliste, analytique et constructiviste qui se diffusait à l’internationale alors que Castellani participe aux groupes « Zero » et « Nul ». Il se lie également avec Agostino Bonalumi et Lucio Fontana et après ses premières pratiques inspirées par l’action painting américaine, il élabore un nouveau processus créatif. L’artiste amorce une démarche d’études et d’analyse très rigoureuse sur les possibilités fournies par l’extra-flexion de la toile au moyen de clous, de cambrures et de silhouettes en bois et en métal insérées derrière la toile. Plus spécifiquement, il s’intéresse au rapport entre espace et lumière et il n’hésite pas à modifier la structure même du tableau en utilisant des toiles monochromes (souvent complètement blanches). Ainsi, il obtient des surfaces modulées selon un rythme binaire fait de vides et de pleins, constant ou variable. Ces surfaces en relief composées des extra-flexions rythmiques marquent sa singularité. L’originalité du travail de Castellani stimule Donald Judd qui, dans un article du 1966, le définit tel le précurseur du minimalisme et de l’art conceptuel.
Castellani participe entre autres à la Biennale de Venise en 1964, en 1966, en 1984 et en 2003. En 1965, il participe à l’exposition collective The Resonsive Eye au MoMa de New York et à la VIIIème Biennale de San Paolo au Brésil. En 1981, il participe à l’Identité italienne. L’art en Italie depuis 1959, coordonnée par Germano Celant au Centre Pompidou à Paris et en 1994, il est invité à l’exposition The Italian Metamorphosis au Solomon R. Guggenheim de New York. En 2011, la galerie Tornabuoni à Paris lui consacre une rétrospective incluant une quarantaine d’œuvres créées entre 1958 et 2001.

Pour toute demande d'information, n'hésitez pas à nous contacter