';
fr
X

recherche

de jonckheere old masters

Cuivre : 20 x 29,7 cm

présentation

eintre flamand de paysages, il fait partie d'une famille de cinq artistes : son père David Rijckaert I, peintre et marchand de tableaux a été son premier maître, puis il fut l'élève du paysagiste Tobias Verhaecht. Maître de la Guilde des Peintres d'Anvers en 1611, il devint également "Membre de la Chambre de Rhétorique". Ce n'est que plus tard, comme le firent Jan Brueghel I et II, qu'il complètera sa formation par un séjour de plusieurs années en Italie, où il subit l'influence de Paul Bril, qu'il connut à Rome vers 1615-1616. Ces années furent déterminantes pour l'élaboration de sa conception du paysage. Il apprit également à alléger sa palette ce qui apporta à ses tableaux fraîcheur et translucidité. Il invente et perfectionne un style qui lui est personnel: coloris soutenus ou empâtement au premier plan, plus légers et posés en touches vives dans les lointains. En outre, l'agencement de ses tableaux est toujours riche en détails. Ses tableaux sont rarement signés, mais sa conception particulière du feuillage en touffes généralement denses et arrondies, ainsi que certains motifs privilégiés, permettent de l'identifier. Sa manière de rendre l'eau est particulièrement remarquable. Dans ses dernières oeuvres, tout en conservant son talent de coloriste, Martin Rijckaert fait preuve d'un sens et d'une ampleur de composition dignes des plus grands paysagistes.

Ce petit paysage est une illustration ravissante de la personnalité de peintre acquise par Martin Rijckaert lors de son séjour en Italie. Ayant fait la connaissance de Paul Bril à Rome, l'artiste se détache des compositions proches de Brueghel de Velours pour aborder le paysage de manière plus italianisante. Restant flamand par le choix de ses sujets et le pittoresque de ses scènes, Rijckaert mêle à ses œuvres nombre de torrents, de petits bois et d'édicules en ruine qu'il observe au passage des Alpes et qui désormais, côtoient les moulins et les douces collines du plat pays.

Celle-ci intègre les différentes influences artistiques qui marquèrent l'artiste et qu'il finit par unir en un style bien particulier : les petits personnages du premier plan, vigoureux et chargés de colis, le rapprochent de l'art de Brueghel de Velours. Ces petites silhouettes dynamiques ponctuent de couleurs vives la terre brune. Passé un petit pont, une charmante fabrique abrite un moulin à eau. La composition apparaît beaucoup plus aboutie dans un dessin, anciennement collection Charles Fairfax Murray.

Digne successeur de son maître anversois Tobias Verhaecht, Ryckaert reste un adepte de la perspective chromatique en traitant la perception de l'espace par un jeu de couleurs. Ainsi, le premier plan est fait de couleurs foncées tirant vers l'ocre, tandis que le deuxième plan est plongé dans des tonalités vertes et blanches. Enfin l'arrière-plan voit se fondre le ciel, la terre et les fleuves dans un fin glacis de bleus et de blancs. Cette maitrise de la perspective par la couleur est également marquante dans une autre version de ce tableau, aujourd'hui conservé au musée de Stockholm.


Provenance :
Collection privée.