';
X

recherche

de jonckheere old master

Panneau
28,8 x 37,8 cm
Portant en bas à droite 173 comme numéro d’inventaire et marqué au dos LUCAS DE HOLANDA.
Provenance : Collection privée

présentation

Cette œuvre au caractère particulier peut être rattaché sans ambiguïté au corpus de celui que la scholastique moderne doit encore faute de mieux appeler le Monogrammiste de Brunswick.

Cette composition resserrée, de petit format, mais comportant déjà un nombre significatif de personnages, révèle un aspect moins connu de la production du maître. L’élément paysager est certes ici marginal et nettement subordonné à l’élément figuratif mais on retrouve la conception d’ensemble caractéristique du maître : horizon bas et sinueux, relief peu accusé, ainsi qu’une manière particulière d’accrocher le regard du spectateur à l’avant-plan par des accidents de relief et autres détails broussailleux.

Les personnages dénotent, eux, une familiarité avec la mode romaniste moins directement perceptible dans ses scènes laïques de réjouissances populaires: raccourcis audacieux, personnages vus de dos, profils purs à l’antique, gestes, postures et expressions un peu exacerbées ou grandiloquentes sont autant d’éléments révélant une volonté d’émulation avec l’art transalpin. Le personnage vu de dos de l’avant-plan, ou la figure de l’apôtre Jean, assis et éploré, dont on ne voit que le sommet du crâne sont éloquents à cet égard et ne sont pas sans rappeler la “manière” d’un Jan Swart van Groningen, autre maître romaniste, que la critique d’art récente a rapproché de la figure du Monogrammiste.

D’autres figures, par contre, comme celle de la Vierge, présentent une physionomie bien ancrée dans une tradition flamande toute en spiritualité : on n’est pas loin ici des types d’un Ambrosius Benson ou d’un Adriaen Isenbrandt, comme à figurer l’hommage déguisé d’un peintre “moderne” au monde de ses prédécesseurs ou contemporains attardés...

Même si le sujet requiert une concentration, inhabituelle chez l’artiste, de figures statiques à l’avant-plan, l’échelonnement sinueux et serpentin des personnages ainsi que la scansion chromatique privilégiant l’alternance d’accents vifs de vermillon, de jaune et de blanc sont autant d’éléments révélant la main singulière de ce maître mystérieux.