';
fr
X

recherche

de jonckheere old masters

Maerten Van Cleve

Danse de noces en extérieur

Panneau : 94,3 x 122,3 cm
Vers 1570

présentation

Considéré comme un suiveur de Pieter Breugel le Vieux, Marten van Cleve dévoile dans cette célébration de mariage toute son inventivité. Si le thème est effectivement tiré de la production picturale de la famille Breughel, le style et l’originalité du tableau dévoile un artiste indépendant et innovateur. Van Cleve est indubitablement influencé par la vie paysanne inhérente aux compositions de Bruegel, mais cette composition traite d’une façon unique l’un des sujets les plus répandus à l’époque.

A l’instar de Bruegel, Marten van Cleve trouva les sujets de ses compositions dans des scènes de la vie quotidienne, notamment dans les festins paysans et les célébrations. Les mariages paysans furent un sujet privilégié qu’il interpréta dans de nombreux panneaux. La version présentée ici s’inspire principalement de deux sources. Tout d’abord, d’une scène de mariage peinte par Pieter Bruegel l’Ancien datée de 1566, aujourd’hui conservée au Detroit Institute of Arts. Deuxièmement, d’une gravure de Pieter van der Heyden selon un dessin de Pieter Bruegel l’Ancien. Van Cleve y reprend la position des trois couples qui dansent au premier-plan de l’image. Le couple composé par les mariés se situe juste derrière et est également tiré de la toile de Detroit.

Contrairement aux nombreuses compositions de petites dimensions représentant ce sujet, cette œuvre apparaît comme une exception dans le corpus de Marten van Cleve. Il propose ici une scène bien plus spacieuse et aérée. Toute la prouesse artistique se trouve dans le fait d’avoir réussi à faire du couple marié le point central de la fête dansante. Ils ne sont pour le moins pas éclipsés par les couples dansant au premier-plan. Par la position des bras des mariés, Van Cleve nous invite à apprécier le reste de la scène. Le peintre déploie de façon homogène les invités afin de les intégrer harmonieusement dans le paysage qui remplie l’arrière-plan. L’importance donnée au paysage et à ses détails le distingue sensiblement des productions bruegéliennes. Il parvient ainsi à créer, avec une maîtrise extraordinaire, une composition tout à fait équilibrée sur le plan technique et iconographique. Il se distingue également par la touche fluide du pinceau, le style des figures, en particulier leurs traits faciaux et la façon dont ils sont vêtus. En outre, les contours sombres qui sont si caractéristiques de Breugel n’apparaissent pas chez van Cleve. Les couleurs, savamment appliquées, font de cette composition une œuvre singulière dans le corpus de l’artiste.

Marten van Cleve est un artiste à part, il se distingue par la couleur, son dessin, la matière et l’esthétique qu’il accorde à son paysage. Le tableau, dont les planches de bois ont été datées vers 1559, aurait été peint selon une analyse récente aux alentours de 1570. Cette œuvre est à rapprocher de deux autres versions similaires, l’une dans une collection privée bruxelloise depuis 1969 (Ertz 2014, p.195 cat n°127) et une seconde, dont la localisation est aujourd’hui inconnue, mais présente chez le marchand Houthakker en 1934.


Provenance :
Collection privée

Du même artiste