';
fr
X

recherche

de jonckheere old masters

Giuseppe Bernardino Bison

Le Départ du Bucentaure vers le Lido de Venise, le jour de l’Ascension

Toile : 35,5 x 50 cm

présentation

La fête la plus représentative de l’esprit vénitien est sans doute, après le Carnaval, celle du jour de l’Ascension. En effet, c’est lors de cet événement que le Doge, accompagné des personnages les plus importants de la ville, monte à bord du Bucentaure, navire à fond plat et à rames, et sort de Venise et de la lagune au large du Lido pour effectuer une cérémonie très particulière.

Il s’agit du Sposalizio del Mare (le mariage avec la mer), où le Doge jette un anneau d’or dans l’Adriatique pour signifier leur union mais surtout la domination de la cité sur les eaux. Une fois la cérémonie terminée, le navire retourne à Venise, accompagné de nombreuses embarcations, et les festivités continuent sur la terre ferme. Si la première cérémonie a sans doute eu lieu aux alentours de l’an 1000, la dernière s’est déroulée en l’an 1797, avant l’abdication du dernier Doge devant les troupes de Napoléon Bonaparte. Cette tradition séculaire est donc reléguée aux pages de l’Histoire lorsque Bison décide de représenter ce sujet.

C’est un tableau de Canaletto qui est à l’origine de cette composition. Aujourd’hui perdu, il nous est connu par de nombreuses copies d’atelier ainsi que par une gravure de Giovanni Battista Brustoloni. L’autre célèbre vedutiste, Francesco Guardi, en a également effectué une version peinte. C’est certainement par cette même gravure que notre peintre a pu connaître le motif et à son tour le représenter. Bison choisit de rester très proche de la composition : il conserve le point de vue depuis l’extrémité Est de la Riva degli Schiavoni, que l’on voit s’étaler tout le long du bord droit de l’image, surplombée par le Campanile. A gauche se trouve l’île de San Giorgio Maggiore, avec en enfilade, la Giudecca et l’église du Redentore, et au centre, l’entrée du Grand Canal avec la Punta della Dogana et Santa Maria della Salute. Ce panorama du Bacino di San Marco est plus allongé chez Bison que dans l’original, le format choisi étant légèrement différent, mais l’artiste respecte tout de même la disposition des bâtiments. Le quai est occupé par une multitude de personnages, en tout point identique au modèle gravé, qui se pressent pour avoir une chance de voir le magnifique bateau qui passe majestueusement devant leurs yeux.

La rapidité avec laquelle Bison travaille lui permet de proposer un grand nombre de sujets représentant la Sérénissime à ses clients à Trieste. Il travaille en effet depuis cette ville durant une grande partie de sa carrière et le public est friand de ses charmantes petites scènes montrant la ville sous un trait idyllique. Ses peintures sont toujours très soignées même si on retrouve sa touche personnelle, les petites taches qui forment les personnages et les autres détails ainsi que les reflets changeants de l’eau de la lagune rendus avec virtuosité.

Provenance :
Collection privée.