';
X

recherche

de jonckheere old masters

Jan Mandijn

Les Tentations de Saint Antoine dans un paysage panoramique

Panneau : 20 x 29,2 cm

présentation

Le thème du héros tenté passionne depuis l’Antiquité les artistes : vainqueur du mal, résistant aux épreuves, impassible devant la tentation, Saint Antoine est un de ceux à avoir su braver le malin et ses nombreux vices. Ermite, il est la figure biblique représentative du triomphe de la raison. Une fois n’est pas coutume, le suiveur de Bosch Jan Mandijn s’attaque à ce monstre sacré dont la première apparition date probablement de la sculpture romane. Eclipsé durant la période gothique, ce thème connait un essor considérable en Occident au XVIe et XVIIe siècle. Au beau milieu d’assaillants et autres suppôts de Satan, campé dans un grand paysage panoramique, notre Patron des Antonites se recueille pour faire abstraction de la faune fantastique imaginée par Mandijn.

A l’instar du maître de Bois-le-Duc, Mandijn utilise un vocabulaire iconographique à en faire pâlie plus d’un. Une horde de personnages aussi étonnants les uns que les autres se dresse derrière le Saint, camouflé sous sa robe de bure à capuchon. Martin Schongauer, dans la seconde moitié du XVe siècle, avait déjà imaginé ces équipées macabres : la gravure qui a précédé les versions de Bosch a surement influencé toute une génération d’artistes, qui voit dans cet épisode le moyen de laisser libre cours à leur imagination. Pour preuve notre petit panneau, aux accents caustiques et délurés qui présente sous la forme d’une frise les différents tentateurs musiciens. Sur un large premier plan, dont le centre est occupé par le Saint dans un abri cocasse, le bestiaire dévoile la maestria de l’artiste. Une coquille d’œuf, symbole alchimique, sert de refuges à une farandole de petits animaux et insectes. Une étendue d’eau occupe la partie droite, de laquelle sort une jeune femme qui pose farouchement sa main sur son sexe. Omniprésente dans le thème de la Tentation, la femme dévoile ses charmes au spectateur, et fait office de tentatrice ; quant à l’Homme il naît bizarrement d’une moule qui mi-ouverte sur la berge. Parfaitement nue devant un auditoire improvisé sur le pont, elle est le symbole du péché et du vice de l’Homme, c’est l’instrument du Diable par excellence. Mais attention, un grylle coquin guète le spectateur licencieux…

Dans les plans suivants, l’artiste s’inspire clairement des maîtres de son temps et traduit le paysage de manière contemporaine. Le doux vallonnement, les nuances de tonalités et la perspective atmosphérique montrent bien la maitrise des préceptes flamands du XVe siècle et le rapprochement indéniable avec notre thème : à l’extrémité gauche, une ville en feu rappelle la « peste de feu » ou l’ergotisme que combattait les Antonites. Dans le ciel, de sombres volatiles gravitent autour d’un sombre personnage blotti dans une cape noire. Peut-être font-ils référence à la Chute des Anges rebelles imaginée par Brueghel ? C’est dans un chromatisme rare qu’est peinte la scène : des tons pastels, un rouge carmin et un vert amande contrastent avec les couleurs sonores boschiennes. La douceur de la polychromie et la lumière diffuse mettent cependant en avant les qualités graphiques du peintre. Par sa fantaisie et l’aura de son sujet, cette scène comblera les amateurs aussi bien avides d’extraordinaire que ceux attachés à la grande tradition flamande du paysage du XVIe siècle.

Provenance :
Collection privée

Expositions :
« Il Sogno nel Rinascimento », 21 mai – 15 septembre 2013, Florence, Palazzo Pitti, pp.214-215, n°71 (ill.)

du meme artiste