';
fr
X

recherche

de jonckheere old masters

David Teniers

Paysans jouant aux cartes dans un intérieur

Cuivre : 24,1 x 30,8 cm
signé D.TENIERS.f en bas à droite

présentation

A travers cette scène de Paysans jouant aux cartes dans un intérieur, David Teniers acquiert indubitablement ses lettres de noblesse. Ce cuivre, en excellent état de conservation, illustre parfaitement le thème qui a fait le succès de cet artiste et de ses scènes de genre.
Dans cet intérieur modeste, se joue une partie de cartes entre quatre hommes vêtus chichement et un élégant. Le coloris de leurs vêtements donne à l’ensemble une grande beauté. Faite de rouge, de bleu de vert, la gamme chromatique est ici particulièrement variée et nuancée. La composition est clairement inspirée des scènes d’Adriaen Brouwer (Munich, Bayerische Staatsgemäldesammlungen). On y retrouve la même configuration de l’espace et des personnages attablés. Le personnage principal assis à gauche, vêtu de rouge est coiffé d’un bonnet blanc. Ce même bonnet est d’ailleurs cité dans deux autres de ses œuvres, non pas coiffé sur la tête d’un personnage mais accroché à une chaise (voir M. Klinge, David Teniers the younger: paintings, drawings, cat. exp., Anvers, 1991, n°33 et 34). Proche de la nature morte, sa conception de la composition présente dans un climat de calme apparent des figures accompagnées d’objets.

David Teniers montre une observation attentive du comportement humain et des descriptions de la vie rurale. En partie reflet de la réalité de l’époque, ses scènes de tabagies ou de jeux de cartes ne constituent pas uniquement une peinture de mœurs. Des dictons de cette époque et des légendes figurant sur des gravures faites d’après ces tableaux y associent le plus souvent un avertissement se rapportant aux plaisirs douteux aggravés par une sensation d’ivresse pas toujours bien maîtrisée. Teniers a plusieurs fois représenté les joueurs de cartes, et une partie similaire à celle-ci se joue dans le tableau de Kassel de 1633 (Staatliche Kunstsammlungen, Gemäldegalerie Alte Meister). Originaires d’Orient, les cartes à jouer prennent ici la forme qu’on leur connaît encore aujourd'hui. Tels les jeux de tradition française, les cartes présentent les couleurs traditionnelles : pique, coeur, carreau, trèfle. Certaines cartes sont volontiers identifiables et parfaitement interprétables : on sait que le cinq de carreau annonce l’argent et le commerce (y compris celui des charmes), tandis que le six et le valet de pique renvoient à l’hostilité et au malheur. De manière encore plus précise, le six de pique symbolise la lutte inutile contre le destin.

Ce tableau a résidé au cours du XIXe siècle à Blenheim Palace, la résidence du Duc de Malbourough avant de passer entre les mains de Stephenson Clarke, brillant collectionneur. D’une très belle qualité, ce cuivre signé est un exemple probant des plus belles thématiques de ce peintre inscrit au Panthéon des meilleurs artistes de son temps.

Provenance :
John Winston Spencer-Churchill, 7th Duke of Marlborough (1822-1883), Blenheim Palace, Woodstock, Oxfordshire ;
George Spencer-Churchill, 8th Duke of Marlborough (1844-1892), Blenheim Palace;
Christie's, Londres, 24 juillet 1886, lot 51 (550 gns. à M. Colnaghi) ;
Martin Colnaghi, Londres ;
Stephenson Clarke (1824-1891), Croydon Lodge, Hayswards Heath, Sussex et descendance ;
Collection Eric Martin Wunsch.

Littérature :
(Possibly) Blenheim guide, containing a full and accurate account of the paintings, tapestry, and furniture, Oxford, 1820, p. 31 ;
G. Scharf, Catalogue raisonné, or a list of the pictures in Blenheim Palace, Londres, 1861, p. 65 ;
'Blenheim pictures sold', The New York Times, 24 juillet 1886.

Expositions :
London, Royal Academy of Arts, Exhibition of Works by Old Masters.
Winter exhibition, 2 janvier-10 mars 1888, n° 114.
Brussels, Exposition de l'art ancien: l'art belge au XVIIe siècle, juin-novembre 1910, n°458.
London, Royal Academy of Arts, Winter exhibition of Flemish paintings, 5 décembre 1953-6 mars 1954, n° 289.