';
X

recherche

de jonckheere old master

Corneille de Lyon (Attribué à)

Portrait de jeune gentilhomme à la barbe rousse sur fond vert

Panneau
16 x 13,5 cm

présentation

Toute l’élégance de l’art de Corneille de Lyon se retrouve dans ce portait sobre et raffiné de gentilhomme à la barbe rousse sur fond vert. A l’encontre de ces véritables portraits de cour où Corneille s’attache à célébrer la dignité de ses modèles par un grand soin apporté à leurs vêtements et à leurs attributs sociaux, l’attention du peintre se concentre ici davantage sur l’observation minutieuse de la physionomie et la caractérisation psychologique du jeune personnage.

Ce portrait d’un jeune gentilhomme à la barbe rousse s’inscrit tout à fait dans les conventions artistiques de la Renaissance : la figure est représentée en buste et de trois-quarts, fixant le spectateur. Par ailleurs, le rang élevé du personnage est mis en avant par son habit raffiné, un magnifique pourpoint noir aux soutaches d’argent. Il est clair pourtant que l’intérêt de l’artiste se situe dans le visage de son modèle. Corneille de Lyon dépeint avec grand soin la figure du jeune homme, montrant les variations subtiles du teint de la peau et dessinant méticuleusement chaque poil de la barbe et de la chevelure. Il se détache sur une fond neutre, une surface teintée bidimensionnelle verte, qui, dans un souci de simplicité et de sincérité, rehausse l’expressivité du visage et sa personnalité. La frêle carnation de ses pommettes ressort plus encore, le vert sourd du fond contrastant avec le rosé de son visage.

A cela s’ajoute le talent du peintre à donner à son modèle une psychologie complexe. Le jeune homme semble exprimer une certaine réserve face au spectateur par son regard énigmatique qui donne au personnage une certaine fragilité. L’art de Corneille de Lyon témoigne d’un souci du détail qui veut aller au-delà de la représentation du statut du personnage, mais qui cherche véritablement à donner à son sujet une sensation de naturel. L’élégance subtile de l’effigie ne fait d’ailleurs que souligner la virtuosité avec laquelle le peintre rend les textures du vêtement, de la peau, des poils de barbe, et de tout ce raffinement pictural qui constitue la quintessence de l’art de Corneille de Lyon.
Littérature : Probablement in A. Dubois de Groër, Corneille de la Haye, dit Corneille de Lyon, 1996, cat.91 ou 91A.

Provenance :
Collection Paul-Louis Weiller ;
Collection privée