';
X

recherche

de jonckheere old masters

Lucas Cranach le Vieux

Portraits de Martin Luther et sa femme Katharina von Bora

Deux panneaux : 18,5 cm x 14 cm et 19,2 cm x 13,6 cm.

présentation

Ces deux portraits représentent la célébration d’une union historique au cours de la Réforme protestante. Martin Luther et son épouse Katharina von Bora sont représentés de façon vraiment personnelle, ce que seul Lucas Cranach l’Ancien est capable de réussir, étant donné son talent remarquable et ses liens étroits avec les deux personnages. Marié le 13 juin 1525, Cranach se voir confier la tâche par Luther lui-même, deux jours après la cérémonie, afin de relater son action politique et controversée.

Martin Luther, initiateur de la Réforme, est un personnage important du début du 16ème siècle. Il défend un point de vue audacieux en ce qui concerne l’église catholique et devient une autorité, tandis qu’il acquiert de l’influence dans la société. Il compte les électeurs de Saxe parmi ses défenseurs. Ils nomment Cranach peintre de cour et lui confient la tâche d’illustrer les croyances de Luther dans toutes ses œuvres. Luther et Cranach deviennent ensuite amis intimes et restent en contact malgré l’exil de l’artiste vers 1521. Il en suit le nouveau rôle de Cranach : parrain du fils aîné de Luther, Johannes. Nul autre que Cranach ne peut donc représenter ce moment symbolique.

Ces deux portraits d’une importance historique renforcent les convictions de Luther sur l’égalité dans le mariage et dans la famille des représentants religieux. Pour un chef religieux, le fait de vouloir se marier influence grandement la promotion de ses croyances contradictoires, strictement interdites dans l’église catholique. En outre, la situation de son épouse, en tant qu’ancienne élève du couvent de bénédictines de Brehna et qui s’est échappée du cloître cistercien de Nimbschlen, ne fait que renforcer la forte notion de liberté promue par la Réforme.

Ce couple se distingue des duos cyniques et étranges, du fait qu’il représente le contraire : l’unité. Une harmonie manifeste se transmet dans la composition picturale, un buste paré de détails pour chaque personnage. Luther regarde au loin, tandis que Katharina fixe le visiteur. Pourtant, ils dégagent tous les deux, la même autorité condescendante, qui se révèle dans leurs lèvres serrées, leurs muscles faciaux et leur position rigide. Cranach offre aux deux personnages leur propre personnalité, soulignant ainsi l’influence grandissante des femmes dans la société. Il remplit donc encore plus les exigences des électeurs de Saxe en ce qui concerne la promotion de la Réforme.

Les rares dimensions de ces œuvres d’art ajoutent à leur valeur inégalable, du fait que ce sont les portraits de mariage les plus petits du couple, peints par Cranach. Il construit minutieusement les peintures, se concentrant sur une symétrie poétique entre les personnages et sur de minutieux détails enrichissants. Cranach applique des coups de pinceau fins et précis, qui donnent une représentation harmonieuse du couple dont il fait l’éloge, d’où il se dégage une émanation d’humilité, subtilement émouvante.

Provenance :
Peut-être Jacques Goudstikker, Amsterdam, avant 1940;
Peut-être chez Jan Herman van Heek de 1873 à 1957 - héritage de son frère.
Arnold Helmich van Heek (1882-1972), à Enschede (d’après l’étiquette, au dos).
P. de Boer, à Genève. Acquis en 1975 par la famille du propriétaire actuel.

Littérature :
D.KOEPPLIN et T.FALK, Lukas Cranach: Gemälde, Zeichnungen, Druckgraphik, catalogue de l’exposition, Basel, Kunstmuseum, 1974, II, p. 504;
Die Weltkunst, XLV, 1975, p. 634.

Expositions :
Düsseldorf, Museum Kunstpalast, Lucas Cranach der Altere: Meister Marke Moderne, du 8 avril au 30 juillet 2017, numéros 156 et 157 (catalogue de Theresa Neuhoff).