';
X

recherche

de jonckheere old master

Abel Grimmer

Scène champêtre devant un manoir illustrant la demande en mariage d’Isaac et Rebecca

Panneau
74,5 x 96,5 cm
Monogrammé « AB. GR. 16… » en bas à droite

présentation

Chef d’œuvre de l’artiste, cette Scène champêtre devant un manoir est une pièce inédite de l’œuvre d’Abel Grimmer. Mêlant à la fois la beauté de l’architecture, la grâce des personnages et la délicatesse du paysage, le peintre réalise ici une des plus belles compositions de sa carrière.

Etonnant par sa taille, ce tableau l’est tout autant par l’ingéniosité de sa composition. Abel Grimmer se permet ainsi de juxtaposer l’impressionnante masse d’un château avec la légèreté d’une cour ouvrant sur un paysage lointain sans que l’ensemble ne s’en trouve déstabilisé. Occupant l’entièreté du côté gauche du panneau, le manoir permet à l’artiste de faire preuve d’une véritable maestria dans la représentation d’un palais de l’époque. Il y déploie tout son talent de coloriste dans un camaïeu de beiges et d’ocres d'une grande précision visuelle. Ancien architecte, Grimmer se plait à embellir les fenêtres, les arcades et les balcons de véritables dentelles de pierre, témoin des derniers feux du gothique flamboyant dans l’Europe du Nord.

A l’image de la fabuleuse Place du marché de Bergen op Zoom conservée à la National Gallery de Washington, les lignes de perspective, soulignées par l’architecture des bâtiments, soutiennent l’ensemble de la composition. Le travail des ombres et de la lumière s’y insère parfaitement et plonge le second plan dans une pénombre propice à l’équilibre de l’ensemble. Le troupeau qui s'y ébat, et les paysans vaquant à leurs occupations autour d'un large puits, entraînent notre regard vers la chaumière qui émerge dans la lumière au troisième plan, et crée à la fois la séparation et le lien avec le paysage verdoyant qui s'étale en arrière-fond et semble s'évaporer avec délicatesse dans les teintes bleutées du ciel azuré.

L’avant plan de la composition se peuple d’un grand nombre de personnages particulièrement bien détaillés. Leurs fines silhouettes et la grande variété des coloris de leurs vêtements sont typiques des personnages peints par le maître. Si la tenue des paysans et des domestiques s’avère typiquement européenne, celle des personnages principaux se veut davantage orientale (chapeau conique et turbans) ou « antique » (toges et tenues militaires). Le sujet du tableau est en effet biblique. Il représente la demande en mariage de Rebecca, future femme d’Isaac.

A la mort de sa femme Sarah, Abraham chercha à marier son fils Isaac. Il demanda à son meilleur serviteur de partir au pays de Haran, terre de ses ancêtres, pour trouver une jeune fille digne de son fils. Arrivé à un puits, le serviteur découvrit une jeune femme qui répondait au nom de Rebecca et qui correspondait trait pour trait à celle qui lui avait été prophétisée. Rebecca présenta le serviteur à son frère Laban, cousin d’Abraham et gros propriétaire terrien, et lui demanda d’accepter de la laisser épouser Isaac. Abel Grimmer représente cette scène au centre de sa composition. Après avoir quitté le puits, le serviteur demande la main de la jeune fille pour le fils de son maître. Il tient son turban dans la main gauche en signe de respect pour son hôte et offre de la main droite un sac d’argent en guise de dot au frère de la future mariée. Comprenant la situation, la domesticité s’anime avec joie en prévision du banquet qu’il faudra préparer sous l’œil amusé de soldats bien peu martiaux.

Grimmer réussit ici un coup de maître d’une grande technicité en arrivant à transcrire sur un même plan la vivacité des personnages, la réalité compacte d’un troupeau de moutons et la force inerte d’un très grand bâtiment. Les arbres fermant la composition sur la droite, s'élançant de toute leur verticalité vers le ciel dans une transparence cotonneuse, participent également à cet équilibre fragile que le peintre maîtrise à merveille.

Plongé dans l’atmosphère d’une gentilhommière de la Renaissance, le spectateur assiste aux joies des prémices de la fête. Dépassant l’anecdote du sujet, Abel Grimmer déploie dans ce tableau son génie de la composition et du jeu des couleurs. Il démontre son incroyable habileté à reproduire l’art des hommes et la beauté de la nature à travers son coup de crayon et la richesse de sa palette de coloriste.

Provenance :
Sir George Leon Murray Marx ;
Collection A.J. Sully ;
Arthur Toolth & Sons Ltd, 31 Button Street, London W1 ;
Acquis de ces derniers par M. et Mme Timothy Lewis, vers 1977 ;
Collection privée.

Littérature:
Reine de Bertier de Sauvigny, Jacob et Abel Grimmer, Bruxelles, 1991, n° LXXXI et illustré pl.119.