';
X

recherche

de jonckheere old master

ROGIER VAN DER WEYDEN (suiveur de)

Vierge à l’Enfant

Panneau
23,4 x 14,4 cm
Vers 1500

présentation

Ce panneau de la Vierge à l’Enfant s’inscrit dans l’iconographie développée par Rogier van der Weyden, propre à la dévotion privée du XVe siècle. La figure de la Vierge est représentée à mi-corps en train d’allaiter l’Enfant devant un fond en or tacheté, figurant le domaine céleste, sur lequel est dessiné le halo lumineux de la Vierge. Elle est vêtue d’une robe rouge, symbole de la dolor Christi, surmontée d’une cape bleue, couleur de perseverantia, deux couleurs fréquentes pour représenter la vierge. Son sein dénudé est partiellement recouvert d’un voile transparent. La Vierge incarne ici la métaphore de l’Eglise Mère donnant la nourriture spirituelle à sa croyance. Elle porte l’Enfant dans les deux mains, tout en regardant vers le bas dans une expression rêveuse, emprunte de tendresse maternelle et attristée de sombres pressentiments. L’Enfant, nu, est légèrement enveloppé dans un drap blanc. Dans la main gauche, il tient une pensée, fleur qui symbolise, par ses trois couleurs – le blanc, le jaune et le bleu – la Trinité. Le haut du cadre est arqué et la peinture est réalisée sur un seul panneau de chêne.

Avec son petit format, 23,4 x 14,4 cm, et son caractère intime, cette peinture était destinée à la dévotion privée. Les images de dévotions de la Vierge allaitant l’Enfant, la Virgo lactans, sont très populaires dans la peinture néerlandaise du XVe siècle. Le modèle général est dérivé du type des icônes byzantines (Galaktotrophousa), mais l’œuvre est principalement inspirée du Saint Luc dessinant la Vierge de Rogier van der Weyden (Fig. 1).





Le Saint Luc dessinant la Vierge est l’un des travaux les plus influents de Rogier van der Weyden. Peint vers 1435-1436, soit pour la guilde des peintres de Bruxelles, soit pour leur chapelle à la Cathédrale de Sainte-Gudule, cette œuvre a eu un énorme impact sur les artistes de cette période et fût souvent copiée. Rogier van der Weyden lui-même réalisa une multitude de représentation de la Vierge, à mi-corps, et de l’Enfant. La palette chromatique, la profondeur donnée aux figures et le travail sur les mains allongées et fines, font directement référence aux œuvres de l’artiste. La composition est également très proche des Vierge à l’Enfant attribuées au Maitre de la Légende de sainte Madeleine, réalisées autour de 1500.

Cette œuvre, à la fois tendre et délicate, invite donc le spectateur à la contemplation, tel que devait l’être le fidèle dans un moment d’intense piété.

Provenance :
Collection privée, Europe ;
Vente anonyme, Sotheby’s, 8 décembre 2005, lot 207 ;
Collection privée, Etats-Unis ;
Collection privée, Grande-Bretagne.

Littérature :
SYFER-D’OLNE, P., et al., Catalogue of Early Netherlandish Painting : Royal Museums of Fine Arts of Belgium. The Flemish Primitives IV : Masters with Provisional Names, Bruxelles, 2006, p. 151, ill. 101.